EMPREMTES

Un poema és l'espai insubstiuïble de les coses. RAMON RAMON

diumenge, 10 de desembre de 2017

EL CRIST DE LES OLIVERES

(Orazione nell'orto. Giovanni Bellini)
EL CRIST DE LES OLIVERES

        Déu ha mort! el cel és buit...
      Ploreu! Fills, ja no en teniu, de pare.
                       JEAN-PAUL

      Quan el Senyor, alçant   al cel els braços flacs,
   Sota els arbres sagrats,   talment com els poetes,
  Va estar molt temps perdut   en les dolors secretes,
      I es va creure traït   per uns amics ingrats,

      Es girà vers aquells   que esperaven a baix
   Somiant que eren reis,   homes savis, profetes...
    Mes ensonyats, perduts   en el son de les feres,
  I començà a cridar:   «No, Déu no existeix pas!»

     Dormien. «Amics meus,   sabeu la novetat?
      El cimbori eternal   amb el front he tocat;
  M'estic sagnant, romput,   sofrint de fa molts dies!

    Germans, us enganyava:   Afrau! afrau! afrau!
     Manca el déu a l’altar,   on em sacrificau...
 No hi ha Déu! Déu ha mort!»   Però encara dormien!

Gérard de Nerval
Les quimeres
La forest d'Arana, 1990
Més sobre l'autor, ací

[Versió i traducció del francés de Francesc Collado]

LE CHRIST AUX OLIVIERS // Dieu est mort! le ciel est vide... / Pleurez! enfants. Vous n'avez plus de père. / JEAN-PAUL  // Quand le Seigneur, levant au ciel ses maigres bras, / Sous les arbres sacrés, comme font les poètes. / Se fut longtemps perdu dans ses douleurs muettes, / Et se jugea trahi par des amis ingrats, // II se tourna vers ceux qui l'attendaient en bas / Rêvant d'être des rois, des sages, des prophètes... / Mais emgourdis, perdus dans le someil des bêtes, / Et se prit à crier: « Non, Dieu n'existe pas! »// Ils dormaient « Mes amis, savez-vous la nouvelle? / J'ai touché de mon front à la voute éternelle; / Je suis sanglant, brisé, souffrant pour bien des jours! // Frères, je vous trompais: Abîme, abîme, abîme! / Le dieu manque à l'autel où je suis la victime... / Dieu n'est pas! Dieu n'est plus! » Mais ils dormaient toujours!

0 han deixat la seua empremta:

Publica un comentari a l'entrada